Un site utilisant Blogue.fr

Et c’est justement au moment où il est devenu extrêmement dépendant des investissements douteux russes qu’il a redoublé d’éloges pour Poutine. En 2007, il a dit à Larry King: «Regardez Poutine -ce qu’il fait en Russie- je veux dire, vous savez ce qui se passe là-bas. Je veux dire, ce type a fait -que vous l’aimiez ou pas- il fait du super bon boulot». Commençons par le commencement. Le directeur de campagne de Trump est un vétéran de la communication appelé Paul Manafort, un mercenaire de par sa profession. C’est sa société de consulting à Washington qui a été la première à représenter les dictateurs du monde entier, quel que soit leur sinistre passé. En avançant dans sa carrière, toutefois, Manafort s’est entièrement consacré aux clients proches du Kremlin. Sa grande réussite fut de relancer la carrière sur le déclin du très peu charismatique Viktor Ianoukovitch, élu à la présidence de l’Ukraine en 2010. Grâce au travail de Manafort, l’Ukraine est entrée dans la sphère d’influence de Poutine. Contrairement aux autres consultants américains qui ne cessaient de faire des allers-retours entre Kiev et les États-Unis, lui s’est installé sur place. « Les gardes-frontières ont besoin du mur », tweetait-il encore samedi. Et le président refuse de signer une loi budgétaire si elle n’inclut pas 5 milliards de dollars pour ce mur, ce que les démocrates refusent, proposant en échange plus d’un milliard pour d’autres mesures de sécurité à la frontière. « Donald Trump et les républicains veulent gaspiller 5 milliards pour un mur médiéval inefficace, qui est une solution du Ve siècle aux problèmes du XXIe siècle », a déclaré le représentant démocrate Hakeem Jeffries sur la chaîne ABC. L’opposition est, selon lui, « prête à donner des moyens supplémentaires pour des clôtures renforcées, de la technologie, des drones, des satellites, des lumières, des capteurs… », mais pas pour satisfaire une promesse de campagne du milliardaire républicain. Ce bras de fer a entraîné une paralysie (shutdown) de 25 % des administrations fédérales, qui ne sont plus financées depuis le 22 décembre à minuit. Et la situation devrait se prolonger au moins jusqu’en milieu de semaine prochaine, quand le Sénat reprendra l’examen de la loi de finances.

Comments are closed.
 

tags

 
© Quand Pierre Voyage Proudly Powered by WordPress. Theme Untitled I Designed by Ruby Entries (RSS) and Comments (RSS).